Recette de Eva Scialò

Pâtes « Ditali » avec du fromage « Caciotta » et des œufs (Ditali Cacio e Uova)

Le patrimoine culinaire napolitain offre des milliers de recettes avec des ingrédients économiques et facilement trouvables. Dans toutes ces recettes, on retrouve le « tubettiell cas’ e ov ». Ce plat vous pouvez le définir comme un cousin de la carbonara romaine cependant c’est encore plus facile. L'histoire, une fumée de rayonnement et de souvenirs fanés de l'époque, montre une recette qui est légèrement différente de celle établie par les napolitains modernes. La différence sur l'ensemble des recettes est la présence de saindoux. Bon nombre des plats principaux utilisant le saintdoux ont vu cette matière grasse remplacée par l’huile d’olive. Nous, les napolitains continuons à l'utiliser, mais surtout pendant Pâques pour préparer le mythique « casatiello » ou la « pastiera ». Après quelques recherches, l'origine de cette recette n'est pas certaine. Cependant, si l’on considère les ingrédients et la facilité de préparation, il est clair que c'est un plat très copieux qui pour la majorité de la population de l'époque était la seule source de subsistance quotidienne. Chacune des familles à ses variantes. Dans ma famille, par exemple, il était le plat principal du repas de Pâques et il précédait celui avec la sauce à l'agneau. Ma grand-mère m'a souvent dit avec ses yeux rêveurs qu’elle avait l'habitude d'aller au marché pour faire les courses quand toutes les femmes au foyer étaient déjà rentrées chez eux pour préparer le déjeuner. À cette époque, sans avoir honte, elle pouvait acheter la totalité des restes sans se sentir trop honteuse. Elle pourrait racheter les œufs cassés agglutinés au fond des sacs au garçon en face du magasin. C’étaient plus ou moins les années 60. L'histoire de ma grand-mère est celle de la plupart des gens de l’époque napolitaine : les moyens de subsistance étaient rares, mais il y avait une réelle envie d'avancer. À table, les repas, d'une manière ou d'une autre ne manquaient jamais, et le plus important, malgré les difficultés, on cuisinait pour quatre, mais on mangeait à cinq ou six personnes. Pour les amis, cela représenté juste un œuf cassé en plus.

  • 4
  • 10 minutes
  • moyenne
  • pasta

Ingrédients pour quatre personnes

 

320 g de pâtes Ditali (ou Gramigna)
4 œufs
140 g de parmesan râpé
1 oignon

q.s. de persil
q.s. d'huile d'olive extra vierge (ou saindoux ou beurre)
q.s. de sel
poivre

 

Préparation

 

Couper l'oignon en tranches fines, cela ajoute vraiment une touche de saveur en plus.

Dans une casserole, ajouter un filet d'huile et faire revenir l'oignon légèrement en faisant attention de ne pas le brûler. Puis ajouter beaucoup d'eau, bien assez pour faire cuire les pâtes et laisser bien baigner l'oignon.

 

 

Verser ensuite les pâtes directement dans la casserole, faire en sorte qu'il y ait suffisamment d'eau. Faire cuire le temps nécessaire en remuant de temps en temps.

Pendant ce temps, battre les œufs avec le parmesan, le persil haché et un peu de poivre, si apprécié, et ajouter le sel.

 

 

Lorsque les pâtes sont cuites et le fonds sera légèrement liquide, verser les œufs battus avec les autres ingrédients dans une casserole, mélanger rapidement et couper le feu.